Coronavirus : le Conseil fédéral renonce à un durcissement des mesures de lutte contre le COVID au plan national

Berne, 24.11.2021 - Lors de sa séance du 24 novembre 2021, le Conseil fédéral a analysé de manière approfondie la situation actuelle sur le front du coronavirus et la considère comme critique. L’occupation des lits de soins intensifs par des patients COVID-19 étant toutefois relativement faible à ce jour et les disparités régionales importantes, le Conseil fédéral juge pour l’instant inapproprié un durcissement des mesures de lutte contre la pandémie à l’échelle nationale. Il continue de miser sur la collaboration définie avec les cantons, selon laquelle c’est à ceux-ci de prendre les mesures qui s’imposent en cas de variations régionales. Pour éviter une surcharge des hôpitaux, le Conseil fédéral privilégie les solutions cantonales et la mise en œuvre systématique par la population des mesures de base comme le respect des distances, le port du masque, l’aération des locaux et le dépistage.

Le nombre de nouvelles infections connaît une augmentation marquée depuis la mi-octobre, notamment chez les plus jeunes. Le nombre de nouvelles infections journalières a atteint un nouveau pic annuel et la hausse exponentielle se poursuit. Quant au nombre d’hospitalisations, il ne cesse d’augmenter aussi, avec un léger retard, principalement au niveau des classes d’âge les plus âgées.

Cette flambée des infections est due au variant Delta. Plus contagieux que les variants précédents, il est aussi à l’origine de formes plus graves de la maladie. Vu qu’il faut plus souvent traiter les personnes infectées et que les traitements durent plus longtemps, les unités de soins intensifs sont davantage mises à contribution. Parmi les autres facteurs, on peut citer la couverture vaccinale relativement peu élevée et le retour à l’intérieur en raison de l’hiver.

Des différences régionales marquées

Contrairement aux phases précédentes de la pandémie, la hausse du chiffre des contaminations varie d’une région à l’autre. Ainsi, le nombre de nouveaux cas pour 100 000 habitants sur 14 jours est environ six fois plus élevé dans certains cantons que dans ceux où l’incidence est faible. Il en va de même pour les hospitalisations. À noter qu’on observe un lien clair entre la couverture vaccinale et la situation épidémiologique.

Une situation critique

Au vu des grandes disparités régionales et de l’occupation à ce jour relativement faible des lits de soins intensifs par des patients COVID-19, le Conseil fédéral estime qu’il n’est pas l’heure de décréter un durcissement des mesures dans tout le pays.

Il évalue toutefois la situation comme critique et estime qu’elle devrait encore s’aggraver les prochaines semaines. La circulation renforcée du virus chez les jeunes devrait augmenter sa diffusion au sein des groupes de population vulnérables et entraîner une hausse – potentiellement très rapide – des hospitalisations. Le Conseil fédéral estime possible d’infléchir cette tendance si la population modifie son comportement et que les régions concernées durcissent leurs mesures de lutte contre la pandémie.

Le Conseil fédéral reste convaincu de la stratégie définie l’année dernière avec les cantons : en cas de hausse régionale marquée, c’est à eux qu’il appartient de prendre la direction des opérations et les mesures nécessaires pour que la situation reste sous contrôle, en particulier étendre l’obligation de porter le masque, notamment dans les écoles, décréter le télétravail obligatoire ou restreindre les capacités d’accueil. Certains d’entre eux l’ont déjà fait.

Encouragement des tests répétés

De nombreux cantons font réaliser des tests répétés dans les écoles et ont introduit l’obligation de présenter un certificat COVID pour le personnel et les visites dans les établissements de soins. Le Conseil fédéral rappelle une nouvelle fois aux cantons qui ne l’ont pas encore fait qu’ils doivent recommander ce type de mesures. Il les appelle par ailleurs à préparer leurs structures hospitalières à faire face à une nouvelle charge très élevée, tout en sachant que les possibilités en la matière sont restreintes. Il s’agit en outre de continuer à promouvoir la vaccination et de procéder aux vaccinations de rappel aussi rapidement que possible. Il faut protéger les personnes vulnérables.

Respect systématique des mesures de base

Enfin, le Conseil fédéral rappelle la grande importance des mesures de base comme porter un masque, aérer régulièrement, se laver les mains, garder ses distances et se faire tester immédiatement en cas de symptômes, et il appelle la population à les respecter systématiquement.

Une stratégie non sans risques

En mai 2021, le Conseil fédéral a défini sa stratégie de lutte contre le corononavirus après avoir consulté les cantons. Il y part du principe que l’ensemble de la population va entrer en contact avec le virus, soit de manière contrôlée par le biais du vaccin, soit par le biais d’une infection. À partir du moment où la population de plus de 12 ans a accès au vaccin, l’objectif est de garantir le bon fonctionnement du système de santé. Le Conseil fédéral est conscient que cette stratégie comporte des risques. Il est en effet difficile d’exclure complètement une surcharge des hôpitaux tout en tolérant des niveaux de contamination élevés. Il n’interviendra au niveau national en mettant en consultation un durcissement des mesures que si les mesures cantonales et le changement des comportements ne donnent pas de résultats. 


Adresse pour l'envoi de questions

Office fédéral de la santé publique OFSP
media@bag.admin.ch
Infoline coronavirus : +41 58 463 00 00
Infoline sur la vaccination COVID-19 : +41 58 377 88 92



Auteur

Conseil fédéral
https://www.admin.ch/gov/fr/accueil.html

Chancellerie fédérale
http://www.bk.admin.ch/index.html?lang=fr

Office fédéral de la santé publique
http://www.bag.admin.ch

Département fédéral de l'intérieur
http://www.edi.admin.ch

https://www.edi.admin.ch/content/edi/fr/home/documentation/communiques-de-presse.msg-id-86084.html