Dossier

Votation du 14 juin 2015: Oui à l'Arrêté fédéral concernant la modification de l’article constitutionnel relatif à la procréation médicalement assistée et au génie génétique dans le domaine humain (diagnostic préimplantatoire)

Le Conseil fédéral et le Parlement souhaitent autoriser dans un cadre bien précis les analyses génétiques d'embryons humains conçus par fécondation in vitro. Ce projet permettra aux couples porteurs d'une maladie génétique grave d'avoir des enfants qui ne sont pas touchés par cette maladie. Par ailleurs, les couples qui n'arrivent pas à avoir d'enfant par voie naturelle auront plus de chances de voir leur désir d'enfant satisfait. Une application prometteuse du diagnostic préimplantatoire (DPI) passe tout d'abord par une modification constitutionnelle. La votation populaire sur cet objet aura lieu le 14 juin 2015. Dans un deuxième temps, le DPI sera autorisé au niveau de la loi.

Votation du 28 septembre 2014 : Non à l'initiative «Pour une caisse publique d'assurance-maladie»

Le Conseil fédéral recommande le rejet de l'initiative « Pour une caisse publique d'assurance-maladie ». Il estime que le système actuel, avec 61 caisses-maladie privées, a fait ses preuves. La concurrence motive les assureurs à développer des modèles novateurs. En cas de passage à une seule caisse publique, les assurés ne pourraient plus choisir leur caisse d'assurance-maladie ni en changer librement. De plus, une telle transformation engendrerait des coûts difficiles à estimer. Afin de remédier aux faiblesses du système actuel, le Conseil fédéral et le Parlement ont déjà entrepris des réformes.

© pico - Fotolia.com

Votation du 9 février 2014: non à l'initiative sur le financement de l'avortement

Le conseiller fédéral Alain Berset recommande, au nom du Conseil fédéral, de rejeter l'initiative populaire "Financer l'avortement est une affaire privée". Les femmes confrontées à la lourde décision d'interrompre leur grossesse ne doivent pas être soumises à la pression de considérations économiques. Le système actuel a fait ses preuves. Le taux d'interruptions de grossesse s'est maintenu à un niveau bas. Quant aux économies visées par l'initiative, elles sont minimes.

https://www.edi.admin.ch/content/edi/fr/home/themes/sante-et-promotion-de-la-sante/dossier.html